Vivre sans gluten au Maroc: témoignage d’une famille qui fait de la résistance !

ALIMENTATION

As Salamu Alaykoum ! Coucou tout le monde !

Ce nouvel article est un peu spécial. Aujourd’hui, je laisse la plume à Lucie du blog Vivons Physio-logique (que tu peux retrouver juste ici :https://vivons-physio-logique.com) afin qu’elle témoigne de son expérience sans gluten au Maroc. Voici son récit :

De nos jours, partout dans le monde, l’alimentation industrielle a pris une place majeure dans les habitudes culinaires, parfois au détriment des habitudes traditionnelles, comme au Japon par exemple. Toutefois, il existe des pays où certaines caractéristiques modernes de l’alimentation sont ancrées depuis des millénaires dans leur culture. Au Maroc par exemple, l’omniprésence du blé ne fait aucun doute et ne date pas d’hier. Toutefois, il faut bien avoir conscience que le blé de leurs aïeux n’avait rien à voir avec le blé d’aujourd’hui. Pour un certain nombre de personnes, la consommation de blé moderne les rend malades, ils doivent donc s’en passer. Mais comment vivre sans gluten au Maroc ? Je vous laisse ici mon témoignage en tant qu’épouse et mère de deux enfants.

Le blé: la base de la cuisine marocaine
Et ce n’est pas peu dire. La société marocaine dans son ensemble rythme sa journée d’achat, de préparation et de plats à base de blé. Qu’il soit tendre ou dur, il est omniprésent et ancré depuis des siècles sur le sol marocain grâce notamment à la culture berbère.

Un grand nombre de spécialités incontournables que ce soit le couscous, les pâtisseries, les pâtes, les différents types de pains, le blé accompagne les marocains du matin jusqu’au soir. En effet, il est inconcevable pour un marocain de manger un tajine sans pain.

Et tout cela est très cohérent lorsque l’on sait que le Maroc est parfois passé par des phases de grande pauvreté dans son histoire. Le pain devenant ainsi un aliment de survie indispensable. Mais aujourd’hui, dans une grande partie du Maroc, faire ou acheter son pain est plus devenu une habitude qu’une nécessité vitale.

On trouve de la farine blanche et du blé en grains un peu partout au Maroc. Au marché, il y a des vendeurs avec de très grosses machines qui moulent des grains de blé de toute sorte. Dans les petites épiceries de quartier aussi, il n’y a que l’embarras du choix entre différentes marques de farine blanche.

Mais le plus impressionnant se passe dans les grandes surfaces. Des rayons entiers de plusieurs mètres de long (j’exagère à peine) exposant des sacs de farine, de semoule ou de grains de blé, pouvant aller jusqu’à 25 kg. En France ou ailleurs, quand on achète un sac de farine de 25 kg, c’est qu’on est boulanger-pâtissier. Ici, il n’est pas rare de voir des particuliers avoir ce genre de produit dans leur caddie. C’est vous dire la grande utilisation quotidienne qu’ils en font.

Je vous arrête tout de suite. Je ne fais aucun jugement sur les pratiques culinaires de mon pays d’adoption. Je constate seulement que la consommation de blé sous toutes ses formes est très ancrée dans la culture marocaine. D’ailleurs, il y a une trentaine d’années, cette consommation pourtant conséquente, posait beaucoup moins de problème sur la santé de la population que maintenant. La raison: l’industrialisation massive du blé moderne au détriment du blé ancien qui a conduit à une chute de la qualité nutritionnelle de ce dernier.

Le pain à la farine complète: une alternative vraiment plus digeste que le pain blanc?
Conscient de plus en plus que le pain blanc pose problème, beaucoup de marocains préfèrent consommer au quotidien le fameux « khoubz bi zra3 ». C’est en fait un pain fait à base de farine complète, parfois mélangé avec de la farine blanche ou non.

Toutefois, même si la farine complète est beaucoup moins transformée et raffinée que la farine blanche, dans la plupart des cas, elle est industrielle et sa graine a subi un certain nombre de modifications génétiques importantes depuis plusieurs décennies. Elle est un peu plus digeste car elle contient plus de fibres. Mais son exposition aux pesticides et les modifications qu’elle a subies en fait un produit qu’il faudrait éviter de consommer au quotidien.

Alors comment faire pour manger sans gluten au Maroc?
Après tout ce que nous venons de voir, il pourrait sembler très compliqué de manger sans gluten au Maroc tant le blé y est omniprésent. Et pourtant, quand on est hypersensible au gluten comme nous le sommes dans la famille, on ne peut pas faire comme si cette hypersensibilité n’existait pas.

Une consommation ponctuelle et occasionnelle de gluten ne fera que nous déranger quelque peu. Alors qu’une consommation quotidienne nous rendrait véritablement malades. Je vous livre ici nos trucs et astuces pour manger sans gluten au Maroc.

Le fait-maison: il n’y a que ça de vrai !
Prévoir ses propres menus, avoir ses propres recettes sans gluten répertoriées… Ceci peut paraître bête comme astuce mais ça change considérablement la vie. Développer sa créativité dans l’élaboration de desserts et de plats que votre famille apprécie.

Ce qui leur fera oublier « les délices superficiels » du doukan ou des grandes surfaces. Des aliments bruts que vous transformez vous-mêmes à l’aide de votre blender, robot ménager ou de votre four. Le gros avantage quand on cuisine tout maison, c’est que l’on sait exactement ce que l’on met comme ingrédients. Pas d’additifs alimentaires suspects, pas de quantité de sucre blanc astronomique, c’est nous qui décidons.

C’est nous qui avons la responsabilité de la quantité et de la qualité et ça change tout. On se sent acteur de son quotidien et de son alimentation. On assume totalement la responsabilité qui nous a été donnée de nourrir notre famille. Cuisiner en pleine conscience et selon des principes éthiques et sains, c’est tout l’enjeu et le challenge à se lancer chaque jour. Pour des idées de recettes sans gluten (mais également sans produit laitier ni sucre raffiné), cliquez ici.

Se transformer en détective dans les grandes surfaces
Bien que l’alimentation sans gluten ne soit pas ce qu’il y a de plus classique au Maroc, il existe néanmoins dans les grandes surfaces un rayon sans gluten. Tout ne sera pas bon à prendre dans ce rayon (pour comprendre pourquoi, rejoignez la formation Gluten or not gluten juste ici : https://vivons-physio-logique.systeme.io/Glutenornotgluten?sa=sa00046982954bfb3b085b9b52ce46590f5600702f21).

Toutefois, quelques aliments de base, peu transformés, nous seront très utiles dans notre quotidien. A commencer par toutes les farines sans blé comme: la farine de riz complet, la farine de millet (ilan) ou encore la farine de maïs.

Mais également, (grand cri de soulagement) il existe du couscous de riz complet qui remplace à s’y méprendre au couscous de blé. Vos maris et invités n’y verront que du feu avec un bon bouillon de viande et de légumes.

Il existe plusieurs marques, mais à mon avis, la meilleure reste la marque « al Hikma » qui forme bien de beaux grains à la cuisson, à l’inverse des autres marques qui font ressembler le couscous à une bouillie très compacte. J’insiste sur le fait qu’il faut impérativement prendre du couscous et de la farine de riz complet, beaucoup moins raffinés et transformés que le riz blanc. Le gros avantage de ces alternatives, notamment du couscous de riz complet, c’est qu’elle est beaucoup plus digeste et que l’on ne se sent pas du tout alourdi à la fin du repas.

Aller faire un tour à la mathana 
Pour trouver de la farine sans gluten au Maroc, il existe d’autres alternatives que les grandes surfaces. Il existe dans les quartiers populaires, généralement à proximité des souq, des sortes de « grosses machines » à moudre. Dans ces mathana, le plus souvent, ils ont des graines de millet (ilan) et de maïs comme en grandes surfaces, mais généralement moins chères. Mais surtout, ils ont des pois chiches et des lentilles que vous pouvez demander à faire moudre également.

Je tiens à préciser un point important: les farines que vous ferez moudre dans ce genre de machines ne peuvent pas être garanties à 100% sans gluten. En effet, plusieurs types de graines passent dans une seule et même machine, dont du blé. Pour les personnes juste hypersensibles, ça passe très bien. Nous qui ne supportons pas le gluten, on n’a jamais eu de problème. Toutefois, pour les personnes allergiques ou coeliaques, ce ne sera pas possible. Elles devront donc se tourner vers les farines vendues en grandes surfaces.

Avoir un carnet de recettes sans gluten bien fourni

Le plus important quand on change d’alimentation, surtout dans un pays qui ne s’y prête pas forcément d’un premier abord, c’est la prévoyance. Au début de son changement alimentaire, le fait de prévoir ces menus de la semaine à l’avance vous sera d’une grande aide et vous évitera de céder à la facilité.

Dans le cadre de la formation en ligne « Gluten or not gluten », je vous propose plus 50 recettes entièrement sans gluten pour vous faciliter la vie et le quotidien. Plats salés, pains, sauces, desserts, vous ne serez jamais à court d’idées pour cuisiner sans blé.

Pour plus de renseignements concernant la formation « Gluten or not gluten », cliquez ici : https://vivons-physio-logique.systeme.io/Glutenornotgluten?sa=sa00046982954bfb3b085b9b52ce46590f5600702f21.

Une exception: quand on est invités chez des voisins ou amis marocains
99% de notre alimentation quotidienne est sans gluten. En effet, nous oeuvrons jour après jour pour ne cuisiner qu’avec des produits sans gluten. Il n’y a jamais de gluten à l’intérieur de la maison.

Toutefois, à l’extérieur, c’est une autre histoire. En sortie, il est tout à fait possible de ne pas manger de blé. Mais lorsque l’on est invités, l’affaire se corse un peu.

En tant que musulmans, on se doit de faire honneur à une invitation à manger et de profiter de la bénédiction du plat qui nous est gracieusement offert par nos hôtes. Au Maroc, tout particulièrement, l’hospitalité est quelque chose de très important.

Dans la mesure où le gluten ne nous rend pas malades à rester 3 jours cloués au lit pour une bouchée, nous essayons de répondre toujours positivement et avec plaisir aux invitations. Mais, ce n’était pas toujours le cas il y a quelques années.

Au début de ma transition alimentaire, il m’était impossible de consommer le moindre gramme de gluten, sous peine de souffrir pendant plusieurs jours. A ce moment-là, mon mari et mes enfants faisaient honneur au plat et je m’excusais très largement auprès des hôtes. Parfois, ça ne posait aucun problème, parfois il y avait une incompréhension évidente et un vrai malaise. Puis avec le temps, je suis devenue moins sensible, et j’ai pu faire honneur à tout ce que l’on me servait, ne serait-ce qu’en petites quantités.

Afin d’éviter les jugements et les incompréhensions des hôtes qui ont beaucoup de mal à comprendre pourquoi le blé nous rend si malades, nous préférons de plus en plus ne pas en parler. Nous ne pouvons pas leur en vouloir, car pour eux, ce qu’ils mangent depuis des décennies, de recettes qu’ils tiennent de leurs aïeux, ne peuvent pas être mauvaises pour la santé. Et ils ont raison !

Ce ne sont pas les recettes en elles-mêmes qui sont « mauvaises » mais bien la qualité des produits modernes totalement sur-transformés et industrialisés. Et qui n’ont surtout rien à voir avec les aliments d’antan.

Nous consommons ce bon repas avec plaisir et reconnaissance, en remerciant nos hôtes pour leur invitation et leur intention (car c’est bien là le plus important), puis le lendemain, nous mangeons en conséquence. La plupart du temps, nous jeûnons une très grande partie de la journée, y compris les enfants qui ont souvent ce besoin de ne pas manger avant midi. Il est vrai qu’il est plus simple d’être invités chez des amis que nous connaissons bien et qui connaissent bien notre manière de vivre.

L’essentiel étant d’avoir une base saine au sein de sa famille, ce qui permet de faire « des écarts » de temps en temps. Car la vraie force, c’est de savoir s’adapter aux situations sans tomber à la moindre difficulté. Cela se travaille avec les années mais c’est possible, même si l’on décide de manger sans gluten au Maroc.

Lucie de Vivons physio-logique

Merci à notre rédactrice du jour Lucie pour son témoignage poignant et ses précieux conseils pour manger sans gluten au Maroc. Si vous souhaitez accéder à sa formation « Gluten or not Gluten », cliquez sur le lien suivant : https://vivons-physio-logique.systeme.io/Glutenornotgluten?sa=sa00046982954bfb3b085b9b52ce46590f5600702f21. Profitez d’une offre à 57€ au lieu de 79€ jusqu’au dimanche 1er septembre !

A bientôt pour un nouvel article sur le Maroc green et écolo !

Nora B.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s